Servir CAVALAIRE Autrement
Avec Annick NAPOLEON
Candidate aux élections municipales de mars 2020
Annick NAPOLEON 2020
Inscription NewsLetter
Powered by Sylvain.M
www.a-napoleon.com © 2006-2019 - Qui sommes-nous ?
Valid XHTML 1.0 Transitional   Valid CSS   Flux RSS
368 Visiteurs Aujourd'hui - Mardi 15 Octobre 2019
Article publié le 08/10/2019
Déclaration de Candidature

 

Discours prononcé lors de la réunion de rentrée du Mercredi 18 septembre 2019.

Bonsoir à toutes et à tous.

Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour votre présence ici aujourd’hui.

Cette rentrée est toute particulière pour moi.

En effet, si cette période de vacances estivales a permis à chacun de nous de profiter des charmes de l’été, elle a aussi été pour moi le temps d’exercer ma réflexion dans la prise d’une décision importante.

Il a été question pour moi de réfléchir sereinement et sérieusement à représenter ma candidature en tant que Maire.

Mais avant de porter un jugement sur ce qui ne va pas bien dans notre commune et de prétendre incarner l’avenir, avant tout autre chose il m’a fallu considérer et admettre la virulence du constat d’après campagne, la campagne de 2014.

Ma défaite fut un vote de sanction !

Il m’a fallu comprendre pourquoi.

Mes engagements de campagne avaient été tenus, j’avais même publié un document intitulé « un programme réalisé à 130% », affirmation qu’aucun de mes opposants de l’époque n’avait contestée. Mon cinglant revers ne pouvait donc provenir d’un manque de résultats.

Cette défaite m’a offert du temps. Cinq ans, cinq années qui m’ont permis de réévaluer ce qui était important, ainsi que mes propres lacunes.

On m’a jugée sévère, autoritaire, peu encline à déléguer, voire même égocentrique.

Mais aussi, sans aucune proximité, ni aucune volonté à écouter, ou à entendre.

On m’a reproché des ambitions politiques qui excluaient Cavalaire alors que j’en étais le Maire. De mon côté, au contraire je souhaitais mettre Cavalaire le plus possible au centre de l’échiquier politique Régional.

Je pensais suggérer la détermination d’une main de fer dans un gant de velours.

Force est de constater que le velours a été du crin pour beaucoup.

Foudroyée par la napoléonite, on m’a exilée.

Aujourd’hui, je ne me présente pas à vous pour me victimiser d’un jugement que je pense trop sévère. Non ! Je suis ici devant vous pour, tout d’abord, présenter à tous ceux qui se sont sentis peu ou pas écoutés mes sincères et profonds regrets.

Je me présente à vous non pas par esprit de revanche, mais parce que je souhaite porter un projet pour notre commune et que la politique actuellement menée autour de grandes réalisations pharaoniques et hors de proportions est très éloignée des valeurs qui m’ont toujours portée.

Je me présente à vous également portée par un très grand nombre de cavalairois qui sont venus me solliciter parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans les projets que l’on veut mettre en place pour notre commune, et je dois dire qu’ils sont de plus en plus nombreux chaque jour.

Je suis présente devant vous car j’ai aussi choisi de ne pas céder à la facilité du renoncement.

Au contraire, j’ai choisi de valoriser cet échec et les années de réflexions qui l’ont suivi.

Mais aussi les épreuves et les crises traversées tout au long des mandats que j’ai exercés au service de notre si belle commune.

On apprend plus de tout cela que de ses réussites, rien ne peut compenser l’apport inégalable des épreuves et des échecs.

Ça aussi je l’ai observé.

J’ai pu et j’espère avoir su en tirer les enseignements.

Aujourd’hui je suis ici devant vous avec beaucoup d’humilité, du courage et la volonté de changer ce qui n’a pas été. Aujourd’hui, je choisis de m’émanciper du passé.

Ces 5 années m’auront aussi changée en tant que femme qui a connu 5 fois la joie d’être grand-mère.

Elles m’ont aussi permis de retrouver du temps, un rythme plus « humain », une vie moins trépidante, moins bousculée.

Du temps pour regarder, aimer, comprendre.

Mais surtout du temps pour observer mes petits-enfants grandir.

J’ai beaucoup appris d’eux en prenant ce temps pour eux, pour moi.

La femme pressée que j’étais s’est faite plus attentive.

J’ai appris à relativiser bon nombre de choses.

On ne change pas non !

Mais on évolue et la vie, notre vie, chaque jour, si l’on y est attentif, nous offre l’occasion d’acquérir un supplément d’âme, une sagesse, qui nous permet d’avancer, de faire évoluer notre humanité.

C’est aussi cela que je voulais partager avec vous ce soir.

Alors oui, après toutes ces années, après toutes ces expériences, ces joies, ces peines, ces crises, ces renoncements voulus ou imposés, tout simplement après ces 24 années au service de notre si belle commune, je fais le choix, j’ai l’envie de soumettre aux suffrages des Cavalairoises et Cavalairois ma candidature aux prochaines élections municipales qui auront lieu en mars 2020.

Une candidature qui reposera sur des projets concrets, portés par une équipe renouvelée.

Des projets humains, coordonnés sur la base de votre écoute et de l’amour et la passion d’une femme pour sa commune.

Pour servir Cavalaire autrement !

Car non ! Cavalaire n’appartient pas aux spéculateurs de tous ordres ni aux promoteurs, elle appartient aux cavalairois.

C’est une commune avec son identité provençale originaire mais également pleinement inscrite dans l’avenir avec un seul mot d'ordre : une qualité de vie par et pour les cavalairois.

C’est dans cet avenir, dans ce futur qu’il nous faut nous inscrire.

C’est cet avenir et ce futur que je souhaite laisser à nos enfants et petits-enfants.

Cavalaire ce sont mes racines, c'est en moi et aujourd'hui je suis malade de voir ce que l’on fait à notre commune, ce que l’on veut pour son avenir.

Ces 5 années m’ont certes servie à réfléchir à mon "échec", mais ces 5 années dans l'opposition ont fait aussi que je n'ai jamais été coupée de la vie de la cité et que j’ai pu en constater la dérive actuelle.

C’est forte de mon expérience de Maire, mais aussi d’opposante, forte de mes compétences, ayant appris du passé et de mes erreurs que je suis prête à mener ce combat avec vous, pour vous, pour nous.

Je me présente aujourd’hui devant mes concitoyens car je sais ce je veux pour notre commune et surtout, comme les cavalairois, ce que nous ne voulons plus !

Et pour cela j’aurai besoin de vous, de vous tous.

Car c’est bien cette force collective qui nous permettra d’endiguer la dérive actuelle et de porter notre projet, un projet collectif de réappropriation de notre territoire, de notre si belle commune.

Vive Cavalaire !