Servir CAVALAIRE Autrement
Avec Annick NAPOLEON
Candidate aux élections municipales de mars 2020
Annick NAPOLEON 2020
Inscription NewsLetter
Powered by Sylvain.M
www.a-napoleon.com © 2006-2019 - Qui sommes-nous ?
Valid XHTML 1.0 Transitional   Valid CSS   Flux RSS
258 Visiteurs Aujourd'hui - Dimanche 08 Décembre 2019
Article publié le 27/11/2019

L’Association Contribuables Associés a souhaité publier un article sur les projets Ecobleu et Cœur de Ville qu’elle juge particulièrement inquiétants pour le devenir des finances de notre commune.

 Nous avons pensé qu’il était intéressant que vous puissiez en prendre connaissance.

 Avec l’assurance de mon dévouement.

 Annick NAPOLEON

______________________________________________________


Philippe Léonelli, le maire divers-droite de Cavalaire-sur-Mer (Var) - 7 270 habitants - serait-il victime de la folie des grandeurs ?

Deux de ses méga-projets retiennent l’attention :

  • le projet "Ecobleu" qui concerne le Port, évalué à 30 millions d'euros.
  • le projet "Coeur de Ville" qui concerne le centre-ville, évalué à plus de 40 millions d'euros.

Le projet Ecobleu a démarré mais les plus gros travaux ne pourront pas être engagés avant la fin de la mandature actuelle.
Le projet Coeur de Ville ne démarrera pas avant la fin de la mandature actuelle.
Le budget annuel de la commune est d’environ 25 millions d'euros par an.

Le projet Ecobleu consite à reconstruire le Port et de construire une nouvelle Maison de la Mer. Ce projet est dénoncé notamment par les 3 associations de plaisanciers. Le projet prévoit la destruction du Quai Marc Pajot. Sa démolition représente près de 25 000 tonnes de matériaux à extraire. Une pétition contre la démolition du quai sur Change.org a déjà recueilli environ 1500 signatures.

Cette démolition est déraisonnable, non seulement pour des raisons environnementales, mais aussi pour des considérations financières. En effet, il s’agirait non seulement de démolir le Quai Marc Pajot (1,3 million d'euros, selon l'avant-projet détaillé), mais aussi de prolonger le Quai Patrice Martin (3,8 millions d'euros, selon l'avant-projet, hors réseaux et aménagements et hors Club nautique), soit 5,1 millions d'euros, selon l'avant-projet, plus l’actualisation des devis et les aléas et dérives importantes inhérentes à ce type d’investissements en milieu marin.

Quant au Club nautique, on pourrait trouver aisément un autre emplacement sur le Port (voire récupérer et réaménager un bâtiment existant (actuelle Maison de la Mer, ancienne Capitainerie du Port public...).

De plus le projet Ecobleu inclut la construction d’une nouvelle Maison de la Mer et les aménagements et transformations de la Place Sainte-Estelle et de l’actuelle Maison de la Mer, évalués à 7,3 miilions d'euros.

Dans une lettre ouverte adressée au maire, les plaisanciers contestent le financement de ces dépenses par la société publique locale chargée de la réalisation du projet Ecobleu et de la gestion du Port. En effet, ce financement serait non conforme au Code des Transports (article R5314-31) car ces dépenses n’ont aucun lien avec la pratique de la plaisance.

Dès lors si le Maire ne renonce pas à ces travaux, c’est la commune qui devra financer ces 7,3 millions d'euros, plus l’actualisation des devis et les dérives inhérentes à ce type d’investissements, dont on a pu constater l’impact pour les premiers aménagements de la Place Saint-Estelle.

Comment la commune financerait-elle ces dépenses ?

Cliquez ici pour consulter l'article sur le site Touscontribuables.org.

Article publié le 02/11/2019

Une candidature et une équipe pour Servir Cavalaire Autrement
et mettre les cavalairois au centre de notre projet !


Annick Napoléon part en reconquête de Cavalaire
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Article publié le 08/10/2019

 

Discours prononcé lors de la réunion de rentrée du Mercredi 18 septembre 2019.

Bonsoir à toutes et à tous.

Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour votre présence ici aujourd’hui.

Cette rentrée est toute particulière pour moi.

En effet, si cette période de vacances estivales a permis à chacun de nous de profiter des charmes de l’été, elle a aussi été pour moi le temps d’exercer ma réflexion dans la prise d’une décision importante.

Il a été question pour moi de réfléchir sereinement et sérieusement à représenter ma candidature en tant que Maire.

Mais avant de porter un jugement sur ce qui ne va pas bien dans notre commune et de prétendre incarner l’avenir, avant tout autre chose il m’a fallu considérer et admettre la virulence du constat d’après campagne, la campagne de 2014.

Ma défaite fut un vote de sanction !

Il m’a fallu comprendre pourquoi.

Mes engagements de campagne avaient été tenus, j’avais même publié un document intitulé « un programme réalisé à 130% », affirmation qu’aucun de mes opposants de l’époque n’avait contestée. Mon cinglant revers ne pouvait donc provenir d’un manque de résultats.

Cette défaite m’a offert du temps. Cinq ans, cinq années qui m’ont permis de réévaluer ce qui était important, ainsi que mes propres lacunes.

On m’a jugée sévère, autoritaire, peu encline à déléguer, voire même égocentrique.

Mais aussi, sans aucune proximité, ni aucune volonté à écouter, ou à entendre.

On m’a reproché des ambitions politiques qui excluaient Cavalaire alors que j’en étais le Maire. De mon côté, au contraire je souhaitais mettre Cavalaire le plus possible au centre de l’échiquier politique Régional.

Je pensais suggérer la détermination d’une main de fer dans un gant de velours.

Force est de constater que le velours a été du crin pour beaucoup.

Foudroyée par la napoléonite, on m’a exilée.

Aujourd’hui, je ne me présente pas à vous pour me victimiser d’un jugement que je pense trop sévère. Non ! Je suis ici devant vous pour, tout d’abord, présenter à tous ceux qui se sont sentis peu ou pas écoutés mes sincères et profonds regrets.

Je me présente à vous non pas par esprit de revanche, mais parce que je souhaite porter un projet pour notre commune et que la politique actuellement menée autour de grandes réalisations pharaoniques et hors de proportions est très éloignée des valeurs qui m’ont toujours portée.

Je me présente à vous également portée par un très grand nombre de cavalairois qui sont venus me solliciter parce qu’ils ne se reconnaissent pas dans les projets que l’on veut mettre en place pour notre commune, et je dois dire qu’ils sont de plus en plus nombreux chaque jour.

Je suis présente devant vous car j’ai aussi choisi de ne pas céder à la facilité du renoncement.

Au contraire, j’ai choisi de valoriser cet échec et les années de réflexions qui l’ont suivi.

Mais aussi les épreuves et les crises traversées tout au long des mandats que j’ai exercés au service de notre si belle commune.

On apprend plus de tout cela que de ses réussites, rien ne peut compenser l’apport inégalable des épreuves et des échecs.

Ça aussi je l’ai observé.

J’ai pu et j’espère avoir su en tirer les enseignements.

Aujourd’hui je suis ici devant vous avec beaucoup d’humilité, du courage et la volonté de changer ce qui n’a pas été. Aujourd’hui, je choisis de m’émanciper du passé.

Ces 5 années m’auront aussi changée en tant que femme qui a connu 5 fois la joie d’être grand-mère.

Elles m’ont aussi permis de retrouver du temps, un rythme plus « humain », une vie moins trépidante, moins bousculée.

Du temps pour regarder, aimer, comprendre.

Mais surtout du temps pour observer mes petits-enfants grandir.

J’ai beaucoup appris d’eux en prenant ce temps pour eux, pour moi.

La femme pressée que j’étais s’est faite plus attentive.

J’ai appris à relativiser bon nombre de choses.

On ne change pas non !

Mais on évolue et la vie, notre vie, chaque jour, si l’on y est attentif, nous offre l’occasion d’acquérir un supplément d’âme, une sagesse, qui nous permet d’avancer, de faire évoluer notre humanité.

C’est aussi cela que je voulais partager avec vous ce soir.

Alors oui, après toutes ces années, après toutes ces expériences, ces joies, ces peines, ces crises, ces renoncements voulus ou imposés, tout simplement après ces 24 années au service de notre si belle commune, je fais le choix, j’ai l’envie de soumettre aux suffrages des Cavalairoises et Cavalairois ma candidature aux prochaines élections municipales qui auront lieu en mars 2020.

Une candidature qui reposera sur des projets concrets, portés par une équipe renouvelée.

Des projets humains, coordonnés sur la base de votre écoute et de l’amour et la passion d’une femme pour sa commune.

Pour servir Cavalaire autrement !

Car non ! Cavalaire n’appartient pas aux spéculateurs de tous ordres ni aux promoteurs, elle appartient aux cavalairois.

C’est une commune avec son identité provençale originaire mais également pleinement inscrite dans l’avenir avec un seul mot d'ordre : une qualité de vie par et pour les cavalairois.

C’est dans cet avenir, dans ce futur qu’il nous faut nous inscrire.

C’est cet avenir et ce futur que je souhaite laisser à nos enfants et petits-enfants.

Cavalaire ce sont mes racines, c'est en moi et aujourd'hui je suis malade de voir ce que l’on fait à notre commune, ce que l’on veut pour son avenir.

Ces 5 années m’ont certes servie à réfléchir à mon "échec", mais ces 5 années dans l'opposition ont fait aussi que je n'ai jamais été coupée de la vie de la cité et que j’ai pu en constater la dérive actuelle.

C’est forte de mon expérience de Maire, mais aussi d’opposante, forte de mes compétences, ayant appris du passé et de mes erreurs que je suis prête à mener ce combat avec vous, pour vous, pour nous.

Je me présente aujourd’hui devant mes concitoyens car je sais ce je veux pour notre commune et surtout, comme les cavalairois, ce que nous ne voulons plus !

Et pour cela j’aurai besoin de vous, de vous tous.

Car c’est bien cette force collective qui nous permettra d’endiguer la dérive actuelle et de porter notre projet, un projet collectif de réappropriation de notre territoire, de notre si belle commune.

Vive Cavalaire !

Article publié le 23/09/2019


Un projet portuaire porté durant six années, soit un mandat, qui n’avance pas. En cause, non pas des aléas techniques, mais juridiques et financiers. Le maire souhaitait, par la constitution d’une SPL, faire supporter financièrement aux usagers du port un projet pharaonique. Preuve d’une méconnaissance totale des textes du Code Général des transports applicables en la matière.

A présent ce projet est réputé voir le jour lors d'un second mandat. Il nous le promet dorénavant pour fin 2023. Façon détournée de tirer un trait définitif sur une utopie.

Aussi, pour le cas, peu probable, où l'obstination incontrôlée et déraisonnable l'emporterait, ce seront tous nos concitoyens qui paieront une grande partie de l'addition.

Mais, M. le Maire ne veut pas perdre la face, il louvoie, il parade et il caquète. Or nous savons tous que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.

Les résultats d'un mandat municipal ne se résument pas aux goudronnages ou aux ravalements de façades. Les projets ne sont pas proposés pour rester lettre morte ou repoussés pour des raisons inavouables.

Tout ce que retiendront les cavalairoises et les cavalairois ne sera rien d’autre que la mégalomanie et une réelle incompétence de l’édile.

Que dire d'une politique de la ville sournoise et désastreuse, en particulier en matière de logements sociaux. Notre Maire, désorienté, souhaite, à présent, montrer patte blanche aux services préfectoraux. Pour cela, il s'applique à faire tourner la loi Dalloz qui impose des quotas très favorables au département et surtout à l'état. Autant dire que cette politique n'intéressera que très partiellement les résidents de notre commune au profit d'un désengorgement des grandes agglomérations varoises. Etait-ce, là aussi, une promesse de campagne en 2014 ?

Nous n'attendons plus, d'un Maire au bout d'un mandat fantasque et improductif, d'explications claires et publiques, sans dérobades ni enfumages. Les électrices et les électeurs ne supporteront pas un mandat calamiteux de plus.

Monsieur Léonelli sait, aujourd'hui, que son verbiage électoral ne sera entendu que par une poignée de fans d’un passé noctambule et que la juste sanction sera dans les scrutins. Alors notre tâche sera, pour notre équipe et tous les électeurs d'apporter un nouveau souffle à Cavalaire.

 

Texte remis pour le magazine municipal le 20 septembre 2019.

Article publié le 03/09/2019

Chère amie, Cher ami,

Le bureau de notre association, son Président José Ségovia et moi-même sommes heureux de vous convier à notre réunion de rentrée qui se tiendra le :

 

Mercredi 18 septembre à 18h30 à la salle associative Les Balcons du Port

 

Comme à l’accoutumée nous aborderons les principaux sujets, évènements, projets qui font l’actualité de notre commune :

  • Redéploiement des infrastructures portuaires,

  • SPL Port Héracléa Cavalaire,

  • Projet « Cœur de Ville »,

  • Maison de la nature,

  • Bilan de la saison estivale.

     

A l’aube de la campagne électorale des élections municipales de mars 2020, il nous semble important de pouvoir aussi échanger avec vous sur le bilan de la municipalité en place et sur l’avenir de notre commune.

 

A l’issue de cette réunion, nous aurons le plaisir de partager le verre de l’amitié

 

Si certains d’entre vous souhaitent inviter des amis qui ne sont pas encore adhérents, la porte leur est grande ouverte, aussi n’hésitez pas à en parler autour de vous.

 

Nous vous remercions de bien vouloir nous faire connaitre vos adresses mails, si vous ne l’avez encore fait, en vous inscrivant sur notre site www.a-napoleon.com, vous recevrez alors notre newsletter, ou bien en nous adressant un mail à contact@a-napoleon.com.

 

Dans l’attente du plaisir de vous rencontrer à cette occasion, nous vous assurons, chers amis, de nos sentiments les plus dévoués.

 

Article publié le 20/06/2019
Article publié le 27/05/2019

 

Chère amie, Cher ami,

 

Le Président de l’association LES AMIS D’ANNICK NAPOLEON, José SEGOVIA, ainsi que les membres du Bureau ont le plaisir de vous convier à participer à notre « Repas de Printemps » avec animation musicale qui se déroulera :

Le mercredi 12 juin 2019 à partir de 19h au restaurant L’EMERAUDE

situé sur le port de Cavalaire

 

Le prix du repas est de 30€ par personne, il comprend :

Apéritifs

Paëlla

Fromages

Desserts

Vins (Côtes de Provence : rouge, rosé, blanc)

Eaux plate et gazeuse

Café

 

Le nombre de places étant limité nous vous invitons à confirmer votre présence au 06 10 23 46 12,

au plus tard le mercredi 5 juin.

 

Nous espérons que nous aurons le plaisir de vous compter parmi nous ce jour-là. Si vous souhaitez convier des amis qui ne sont pas adhérents, la porte leur est évidemment grande ouverte.

 

Dans l’attente du plaisir de vous accueillir très bientôt, nous vous prions de croire, chers amis, en l’expression de nos sentiments amicaux.

 


Pour récupérer le flyer d'invitation au repas, cliquez ici

 

José SEGOVIA

Président des Amis d’Annick NAPOLEON


CONSULTER TOUTES LES ACTUALITES